Simplifiez-vous la vie en utilisant le service Cloud ‘Delphisoft BusinessOnline’

  • Une solution globale (infrastructure IT, messagerie & outls bureautiques, applications métiers)
  • Implémentation rapide et réduction des coûts d’entretien
  • Accessible de partout , depuis n’importe quel appareil, 7j./7 24h./24
  • Profitez de nos packs EasyStart

Delphisoft BusinessOnline Cloud Service

Afin de vous offrir une plateforme unique et simple, destinée à l’hébergement de tout ou partie de vos outils informatiques, Delphisoft a sélectionné les solutions les plus pérennes et avant-gardistes du marché.

En tant que partenaire certifié sur les solutions Microsoft, notre offre Cloud ‘Delphisoft BusinessOnline’ est principalement basée sur ces dernières et comprend les produits suivants :

Delphisoft BusinessOnline Cloud Service

  • Infrastructure IT – Microsoft Azure
    (plateforme serveurs et machines virtuelles)
    En savoir plus
  • ERP & gestion- Microsoft Dynamics NAV – CloudEasyStart
    (Finance, RH, CRM, Achats, Ventes, Stocks, Production, Projets)
    En savoir plus
  • Bureautique & collaboration – Microsoft Office 365
    (Word, Excel PowerPoint, Outlook, Sharepoint, …)
    En savoir plus
  • CRM– Microsoft Dynamics CRM Online
    (Marketing, Ventes, SAV)
    En savoir plus
  • Reporting & Business Intelligence – Microsoft Power BI 
    (Analyse et reporting)
    En savoir plus

Qu’est-ce que Le ‘Cloud computing’ - Définition

Le cloud computing ou l’informatique en nuage ou nuagique est l’exploitation de la puissance de calcul ou de stockage de serveurs informatiques distants par l’intermédiaire d’un réseau, généralement l’internet. Ces serveurs sont loués à la demande, le plus souvent par tranche d’utilisation selon des critères techniques (puissance, bande passante, etc.) mais également au forfait. Le cloud computing se caractérise par sa grande souplesse : selon le niveau de compétence de l’utilisateur client, il est possible de gérer soi-même son serveur ou de se contenter d’utiliser des applicatifs distants en mode SaaS.

image1735

Selon la définition du National Institute of Standards and Technology (NIST), le cloud computing est l’accès via un réseau de télécommunications, à la demande et en libre-service, à des ressources informatiques partagées configurables. Il s’agit donc d’une délocalisation de l’infrastructure informatique.

Le cloud computing constitue un important changement de paradigme des systèmes informatiques, jusque-là constitués de serveurs situés au sein même de l’entreprise.

Il offre aujourd’hui un environnement complet et fiable, accessible via internet depuis n’importe où et n’importe quel appareil, à des coûts restreints.

Principes

Le nuage (anglais cloud) est un ensemble de matériel, de raccordements réseau et de logiciels qui fournit des services sophistiqués que les individus et les collectivités peuvent exploiter à volonté depuis n’importe où dans le monde. Le cloud computing est un basculement de tendance : au lieu d’obtenir de la puissance de calcul par acquisition de matériel et de logiciel, le consommateur se sert de puissance mise à sa disposition par un fournisseur via Internet.

Les caractéristiques essentielles d’un nuage sont la disponibilité mondiale en libre-service, l’élasticité, l’ouverture, la mutualisation et le paiement à l’usage :

  • ressources en libre-service : et adaptation automatique à la demande. La capacité de stockage et la puissance de calcul sont adaptées automatiquement au besoin d’un consommateur. Ce qui contraste avec la technique classique des hébergeurs où le consommateur doit faire une demande écrite à son fournisseur en vue d’obtenir une augmentation de la capacité – demande dont la prise en compte nécessite évidemment un certain temps. En cloud computing la demande est automatique et la réponse est immédiate ;
  • ouverture : les services de cloud computing sont mis à disposition sur l’Internet, et utilisent des techniques standardisées qui permettent de s’en servir aussi bien avec un ordinateur qu’un téléphone ou une tablette ;
  • mutualisation : elle permet de combiner des ressources hétérogènes (matériel, logiciel, trafic réseau) en vue de servir plusieurs consommateurs à qui les ressources sont automatiquement attribuées. La mutualisation améliore l’évolutivité et l’élasticité et permet d’adapter automatiquement les ressources aux variations de la demande ;
  • paiement à l’usage : la quantité de service consommée dans le cloud est mesurée, à des fins de contrôle, d’adaptation des moyens techniques et de facturation.

Les nuages utilisent des technologies telles que la virtualisation du matériel informatique, les grilles, l’architecture orientée services et les services web. Un nuage peut être public, privé ou communautaire. Un nuage public est mis à disposition du grand public. Les services sont typiquement mis à disposition par une entreprise, qui manipule une infrastructure qui lui appartient. Un nuage privé est destiné exclusivement à une organisation, qui peut le manipuler elle-même, ou faire appel à services fournis par des tiers. Dans un nuage communautaire l’infrastructure provient d’un ensemble de membres qui partagent un intérêt commun. Ce type de nuage est semblable à ceux montés par les milieux académiques pour des études de grande envergure.

Un exemple de service grand-public fourni en cloud computing, est le jeu à la demande (aussi appelé jeu sur demande, et, en anglais, gaming on demand (GoD) ou cloud gaming). Il permet de jouer normalement à des jeux vidéo sur son écran d’ordinateur, alors que le ou les logiciels de jeu tournent sur des serveurs à distance, qui renvoient la vidéo de ce qui a été joué en lecture en continu (en anglais streaming). Le jeu est hébergé et stocké sur des serveurs, dont l’utilisateur ne connait pas la localisation ni les caractéristiques. Il ne nécessite plus de supports comme les CD, ou de matériel comme les consoles de jeux. Les joueurs doivent seulement posséder un ordinateur relié à l’Internet, et le cas échéant une manette de jeu.

Le nom « cloud computing » est né des professionnels de l’informatique qui recherchaient une désignation pour les nouveaux systèmes informatiques fonctionnant par l’action conjointe d’éléments disparates réunis indifféremment de leur localisation géographique et de l’infrastructure sous-jacente. Le nom vient du nuage (en anglais « cloud ») qui est le symbole utilisé pour représenter l’Internet dans les diagrammes des réseaux informatiques.

Services

Du point de vue économique, le cloud computing est essentiellement une offre commerciale d’abonnement économique à des services externes. Selon le National Institute of Standards and Technology il existe trois catégories de services qui peuvent être offerts en cloud computing : IaaS, PaaS et SaaS.

  • IaaS (infrastructure as a service)
    En français infrastructure en tant que service. C’est le service de plus bas niveau. Il consiste à offrir un accès à un parc informatique virtualisé. Des machines virtuelles sur lesquelles le consommateur peut installer un système d’exploitation et des applications. Le consommateur est ainsi dispensé de l’achat de matériel informatique. Ce service s’apparente aux services d’hébergement classiques des centre de traitement de données, et la tendance est en faveur de services de plus haut niveau, qui font davantage abstraction de détails techniques.
  • PaaS (platform as a service)
    En français plate-forme en tant que service. Dans ce type de service, situé juste au-dessus du précédent, le système d’exploitation et les outils d’infrastructure sont sous la responsabilité du fournisseur. Le consommateur a le contrôle des applications et peut ajouter ses propres outils. La situation est analogue à celle de l’hébergement web où le consommateur loue l’exploitation de serveurs sur lesquels les outils nécessaires sont préalablement placés et contrôlés par le fournisseur. La différence étant que les systèmes sont mutualisés et offrent une grande élasticité – capacité de s’adapter automatiquement à la demande, alors que dans une offre classique d’hébergement web l’adaptation fait suite à une demande formelle du consommateur.
  • SaaS (software as a service)
    En français logiciel en tant que service. Dans ce type de service, des applications sont mises à la disposition des consommateurs. Les applications peuvent être manipulées à l’aide d’un navigateur web ou installées de façon locative sur un PC, et le consommateur n’a pas à se soucier d’effectuer des mises à jour, d’ajouter des patches de sécurité et d’assurer la disponibilité du service. Gmail est un exemple de tel service. Il offre au consommateur un service de courrier électronique et le consommateur n’a pas à se soucier de la manière dont le service est fourni. Autre exemple, Office 365 propose un ensemble de services en abonnement dont la suite logicielle Office qui se met automatiquement à jour, l’utilisateur ne se soucie pas de racheter un nouveau logiciel ou de le mettre à jour. On parle ici de location de services hébergés par Microsoft. D’autres exemples de logiciels mis à disposition en Saas sont Google Apps, Office Online ou LotusLive (IBM).

Un fournisseur de software as a service peut exploiter des services de type platform as a service, qui peut lui-même se servir de infrastructure as a service[

Cette représentation des différents modèles de service montre comment les responsabilités sont théoriquement réparties suivant les modèles internes, IaaS, PaaS, SaaS.